Oeuf•Malachite

 C'est ce qu'on appelle un oeuf de dinosaure! 

En malachite, il provient d'Afrique. Plus d'un kilo de bonnes ondes!

Le coup de ♡ d'Aurore 

Pierre ancienne, la malachite fascine par sa couleur verte relevée de bandes aux nuances plus claires ou plus foncées. Reliée à la nature et la prospérité, elle attire autant pour l’ornementation d’œuvres d’art que pour ses vertus anti-inflammatoires ou anti-infectieuses. La malachite sera l’accompagnatrice idéale pour les femmes et les enfants qu’elle protège. Pour découvrir les incroyables bienfaits de la pierre malachite, remontons plusieurs millénaires en arrière et parcourons les années jusqu’à nos jours.

La pierre malachite : étymologie et signification
La malachite est issue du latin malachites qui signifie « à travers ». Lui-même est dérivé du grec ancien molochē et de la variante malachē du fait de sa similitude avec les nervures de la plante abondante « mauve ». Étonnant pour une pierre verte, non ?

Une autre explication rapporte que son étymologie proviendrait de sa tendresse et de ses propriétés émollientes. Riche en cuivre, la malachite possède un effet anti-inflammatoire proche de la « mauve ». Aussi, elle se classe entre 3,5 et 4 sur l’échelle de Mohs, ce qui fait d’elle une pierre très fragile et sensible à la chaleur ou toutes autres substances liquides. Les Grecs l’utilisaient en complément de la mauve malak pour soulager diverses douleurs. C’est pour toutes ces raisons que le nom de cette pierre ressemble fortement à malakos se traduisant par mou.

L’histoire de la malachite
L’histoire de la malachite remonte à la Nuit des temps. Depuis des millénaires, un grand nombre de civilisations et de croyances l’utilisent à des fins thérapeutiques, médicinales, cosmétologiques et décoratives. Aujourd’hui, elle reprend plus que jamais du service avec la lithothérapie moderne, mais attardons-nous plutôt quelques instants sur son histoire…

Au cœur de l’Égypte Antique
Symbole de la renaissance, de la jeunesse éternelle et de la santé, la pierre verte est vénérée des Égyptiens, pour qui la mort est signe de nouvelle vie. D’ailleurs, ils désignent l’au-delà comme le domaine de malachite. Dans le Livre des morts destiné à guider le peuple vers l’ailleurs, les textes poétiques font référence à cette pierre. En voici un extrait : Oui, je suis apparu comme ce grand faucon d’or sorti de son œuf et je me suis envolé, je me suis posé en faucon d’or, haut de quatre coudées, aux ailes de malachites… .

Si vous avez le bonheur de visiter un jour le temple Sérabit El Khadem, vous aurez le plaisir de découvrir un sanctuaire minier consacré à la déesse Hator, maîtresse de la turquoise, du lapis-lazuli et de la malachite. À la même époque, la malachite est très populaire à Thèbes, où les femmes la portent en amulette à l’effigie de Thouéris, déesse hippopotame, protectrice de la maternité.

Au quotidien, on sait que la malachite sert de fard à paupières, car elle a également pour vocation de soulager les infections oculaires. La découverte de palettes datant de – 4 000 ans av. J.-C (époque pré-dynastique) confirme cette version. Aussi, près de Louxor, dans la nécropole thébaine, les pigments de malachite décorent les fresques scéniques du tombeau du scribe Nakht. On imagine qu’elle était régulièrement utilisée dans un but décoratif.

Au temps de l’antiquité grecque et romaine
Outre la protection qu’elle apporte aux combattants et aux plus vulnérables qui portent des bracelets de malachite ou des amulettes, la pierre verte est reconnue des Grecs anciens pour ses propriétés médicinales. Mais pas seulement ! Les Grecs ont un don particulier : la gravure délicate et minutieuse du camée en malachite. Finalement, ce minéral tient une place importante dans l’architecture de cette civilisation et décore même le temple d’Artémis, à Éphèse, l’une des sept merveilles du monde.

Chez les Romains, l’identification de la malachite est plus confuse et souvent, on l’associe à la chrysocolle. Pourtant, le naturaliste Pline l’Ancien la décrit précisément, au 1er siècle, dans son immense encyclopédie d’histoire naturelle : la malachite n’est pas transparente, elle est d’un vert plus foncé et mat que l’émeraude. Elle est bonne pour en faire des cachets (sceaux) et elle est douée d’une vertu médicale qui la rend propre à préserver les enfants des dangers qui les menacent…

Du Moyen Âge à l’époque moderne
C’est une faculté plutôt étonnante qu’on attribue à la malachite au Moyen Âge : celle de comprendre les animaux. Malgré tout, ce super pouvoir n’est pas mis en valeur dans l’ouvrage de Jean de Mandeville, explorateur du 14e siècle et auteur du Livre des merveilles du monde. Rebaptisée clochite, ce sont plutôt ses vertus traditionnelles qu’il décrit : la protection des enfants contre le mauvais œil, les ennemis, les maladies…

Là encore, la malachite, importée du proche Orient, est broyée. Celle qu’on appelle vert des montagnes pigmente de vert les icônes, les fresques murales et les enluminures de vert. Il est possible d’apprécier ces œuvres d’art médiévales dans Les Riches Heures du Duc de Berry ou encore les « Grandes Heures d’Anne de Bretagne.

Aujourd’hui, de nombreux objets décoratifs en malachite, visibles dans les musées et châteaux, proviennent de gisements russes et plus particulièrement des mines de l’Oural.


 

Informations.

Dimension 
Info  
Provenance Afrique
Condition Excellent état 
Prix €200

logo_foot

Expertises & estimations. Patrimoine mobilier
et objets d’art.

UNIQUEMENT SUR RDV 


5, rue de Chestret
4000 Liège — Belgique

Mobile +32 471.87.73.05
Mail aurore@chertret5.be
Instagram @auroremorisse_officiel